Accueil / Le Bimax Blog I Le Blog de la Chirurgie Maxillo-Faciale / Pourquoi la contention est une phase clé du traitement ortho-chirurgical ?
Pourquoi la contention est une phase clé du traitement ortho-chirurgical ?

Pourquoi la contention est une phase clé du traitement ortho-chirurgical ?

Qu'est-ce que la contention post chirurgicale ?

La contention post chirurgicale obéit aux mêmes règles que la contention orthodontique, ce qui veut dire que le maintien du résultat acquis pendant le traitement doit être suivi d’une phase de “cicatrisation” stabilisatrice.

Généralement elle-ci n’est pas différente dans les cas d’orthodontie et les cas  d’orthodontie chirurgicale. Cependant selon l'importance des déformations  initiales certains autres appareils ou contraintes peuvent s'y ajouter. 

Dans les cas de grandes déformations maxillo-faciales antéro-postérieures que sont les rétrognathies ou les prognathies mandibulaires ou les béances sévères (+ de 10mm), en plus des moyens habituels les plus utilisés que sont les barres cingulaires (petit arc métallique de canine inférieure à canine inférieure plus communément appelé 3x3 à porter à vie),

Fil de contention fixe      Fil de contention fixe

j'utilise aussi des moyens de contentions amovibles bimaxillaires à porter la nuit. Il s'agit dans un premier temps d'un “positioner” préfabriqué  (ressemblant à un protège dent de boxeur à porter environ un ou deux mois. Puis pour le long  cours, je fais confectionner ce même « positioner » en matière beaucoup plus rigide au laboratoire. 

Positioner préfabriqué ou gouttière         Positioner préfabriqué ou gouttière

Pendant ce temps là le patient devra continuer de porter le jour une gouttière de contention supérieure. 

Dans les cas de béance initiale l’emploi d’une ELN est recommandé (Enveloppe Linguale Nocturne /est un appareil de port nocturne destiné à rééduquer la déglutition à l’état inconscient). Lorsqu’il est indiqué le port d’une gouttière durant la journée est indiqué.

Enveloppe Linguale Nocturne

Dans les cas encore plus sévères : récidive chirurgicale de la correction d'une rétrognathie mandibulaire associée à des condyles grêles susceptibles de subir des résorptions secondaires, ou de rétrognathie induite à la suite d’un violent traumatisme mandibulaire ayant entraîné de multiples fractures, il m'est arrivé de placer un appareil de Herbst fixe en Nickel-Chrome coulé, soit en post, soit en pré-chirurgical, mais heureusement ces cas sont exceptionnels. 

Dans tous ces cas à l’exception de quelques rares cas, je proscris l'utilisation de fils collés au maxillaire qui sont non seulement des pièges à nourriture sur des surfaces masticatoires (ce n'est pas le cas à la mâchoire inférieure), mais aussi, vu leur fragilité, des bombes à retardement, car susceptibles d’induire des déplacements insidieux à type de diastèmes qui ne sont corrigibles que par un nouveau traitement.  Ils sont de plus une aberration fonctionnelle sur les cas traités idéalement, car il n'y a pas la place pour les disposer. 

Est-ce que la contention est gênante ?

Son acceptation est très bonne, la gêne très faible. Le sérieux des patients habitués à se conformer au traitement orthodontique en font une procédure facile à l’exception des contention bi-maxillaires de longue durée dont la longueur de port dépend à la fois de la stabilité articulaire et de la coordination  occlusale.

Celles-ci peuvent en effet  interférer sur le sommeil ou le ronflement voire l’apnée du sommeil ou sur les appareils pour la traiter, mais généralement l’apnée du sommeil aura été traitée en amont par la chirurgie.

Combien de temps dure la période de contention ?

Sa longueur dépend beaucoup de la stabilité acquise.

Après un an de port intensif le patient peut aisément suivre cette évolution à l’aide de sa “gouttière juge de paix” en en diminuant la fréquence du port : un jour sur deux, puis deux jours par semaine, puis un jour par semaine, sans que la gouttière ne soit difficile à insérer, Il faut qu’elle puisse rentrer à frottement doux.

Est-ce que la contention est incluse dans le prix du traitement orthodontique ?

La contention est incluse ou non dans le traitement selon les cabinets. C’est le cas du mien, car je ne voudrais en aucun cas qu’un patient y renonce pour des raisons budgétaires.

Est-ce que la contention post-chirurgicale est vraiment nécessaire ?

La contention post orthodontique est un passage obligé en orthodontie conventionnelle comme en orthodontie chirurgicale.

Sur le plan dentaire intra-arcade elle est liée à la demi-vie (renouvellement) des fibres supra-crestales (fibres des micro-ligaments qui tiennent les dents à l’os). Ces fibres sont renouvelées tous les sept ans. Deux ans et demi de traitement plus un an de contention sont le temps que prendront les fibres pour se renouveler et donc de stabiliser le résultat. Mais ceci est théorique il convient donc d’être prudent.

Sur le plan de la déglutition il s’agit d’apprendre de nouveaux réflexes ce qui n’est pas si facile à l’âge adulte et qui ne peut se faire qu’à l’état inconscient et aussi avec l’aide de kinésithérapeutes spécialisés. (Lire aussi 5 questions que vous vous posez sur la kinésithérapie maxillo-faciale)

Sur le plan de la stabilité inter-arcade la finition obtenue qu’on appelle l’occlusion et sa coordination avec les articulations temporo-mandibulaire aura une importance majeure tant en statique (quand on serre les dents) qu’en occlusion dynamique (mastication). Meilleure sera cette finition, meilleure sera la stabilité du résultat et moins nécessaires seront les dispositifs de contention. Il faudra donc que le patient soit “patient” et qu’il laisse l’orthodontiste faire aboutir son projet.

 

Jean-Luc Pruvost, DFMP M.S.

0 commentaires

Laisser un commentaire